2007-11-28

Tribune libre : Appel aux citoyens inquiets , en colère... et silencieux

Libertas relaie cette tribune libre sur les régimes spéciaux :

Appel aux citoyens inquiets , en colère... et silencieux

Merci de prendre le temps de lire ce message et, si vous adhérez à son contenu, de le relayer le plus largement et rapidement possible. Il y est question de notre avenir, de celui de nos enfants et de notre pays. Il est rédigé par un observateur-citoyen inquiet et en colère*.

Sous divers prétextes, les bénéficiaires des régimes spéciaux défendent le maintien de ce que l'on doit appeler, en toute objectivité, des privilèges. A tous ceux qui s'efforcent de regarder la société sans prisme idéologique ou politique, mais en se réclamant du bon sens, de l'équité, de la solidarité, de la responsabilité, leur attitude paraît irresponsable, voire indécente.

Rappels :
. Les bénéficiaires des 128 régimes concernés partent à la retraite bien avant ceux du régime général. Exemples : 50 ans pour les agents de conduite SNCF ou RATP; 53 ans pour les sénateurs, 55 pour les députés qui auraient dû montrer l'exemple...;

. La durée moyenne de leur retraite est pour beaucoup supérieure à celle de leur vie active et ils percevront ainsi plus de pensions qu'ils n'ont reçu de salaires !

. Le montant de leur retraite est calculé sur les 6 derniers mois de salaire (comme pour les fonctionnaires, qui bénéficient encore à ce titre d'un régime spécial), soit un écart considérable par rapport aux 25 années du régime général. Leur taux de cotisation est en outre souvent inférieur (7,8% contre 10 à 11%);

. La plupart bénéficient par ailleurs d'un autre privilège important : la garantie de l'emploi ; . Dans l'immense majorité des cas, l'existence de ces "exceptions" n'est plus justifiée par une pénibilité particulière du travail;

. Le coût de ces régimes (qui concernent 1,2 million de retraités pour seulement 560 000 actifs) représente 15 milliards d'euros pour 2007, dont la moitié payée par la collectivité.

. La France est le seul pays développé au monde où demeurent de telles inégalités;

. La réforme de ces régimes est souhaitée par 82% des Français (sondage Metro/Ifop, 11 octobre 2007), y compris par une majorité des agents de la Fonction publique;

. On estime à 300 milliards d'euros les engagements de retraite des sept principaux régimes spéciaux au cours des six prochaines décennies : une charge injuste et insupportable pour les générations futures.

Un constat semblable peut être fait pour les autres réformes jugées nécessaires par la grande majorité des experts : université; recherche; fonction publique; système de santé; droit du travail; justice; dialogue social... Réalisées dans les autres pays depuis des années, elles sont chez nous sans cesse bloquées par des minorités fortement politisées, incapables d'appréhender la réalité du monde et la nécessité de s'y adapter (ce qui n'interdit pas de chercher à l'améliorer).

La réforme des régimes spéciaux était a priori la plus "facile" et consensuelle, d'autant qu'elle a été comme d'habitude proposée aux intéressés avec des aménagements et un étalement dans le temps. Un recul du gouvernement rendrait donc quasiment impossible la mise en œuvre des réformes plus "difficiles". Il démontrerait une fois encore que des individus et organisations se réclamant des principes d'égalité et de solidarité défendent en réalité des corporatismes, des égoïsmes, des privilèges injustifiables ou un statu quo insupportable. Comme en 1995, ils peuvent (souhaitent peut-être, pour certains) paralyser le pays et l'enfoncer un peu plus dans la crise économique et morale.

Cette attitude est irresponsable et dangereuse. De plus, la conjoncture économique actuelle ne permet pas de différer plus longtemps les réformes, sous peine d'un nouveau décrochage national, avec de graves conséquences sur le pouvoir d'achat, la cohésion sociale, la place de la France dans le monde. Rappelons enfin que les grèves occasionnent une gêne considérable pour les particuliers, coûtent très cher à la collectivité (150 millions d'euros pour celle du 18 octobre dans les transports pour la seule région Ile-de-France), affectent la compétitivité déjà réduite de la France , son attractivité et son image à l'extérieur, donc son avenir.

Face à cette situation, les citoyens inquiets et en colère ne peuvent rester silencieux. Pour leur propre dignité, pour l'avenir de leurs enfants et du pays, ils ne doivent pas laisser le monopole de l'expression à ceux qui refusent l'adaptation.

C'est pourquoi je vous propose de :

. Relayer cet appel aux personnes figurant dans votre carnet d'adresse (avec ou sans mention de l'auteur, qui ne signe ce texte que par souci de transparence);

. L'envoyer aux médias pour qu'ils rendent davantage compte de votre avis;

. Le mentionner (en tout ou partie) sur les forums, blogs et sites internet que vous animez ou fréquentez;

. Imaginer et proposer des "manifestations virtuelles" (ou réelles) originales, aussi visibles et efficaces que les grèves;

. Me faire part de vos commentaires et suggestions à l'adresse ci-dessous.

Nous ne pouvons accepter que le pouvoir de nuisance de quelques-uns mette en péril notre avenir commun.

*Gérard Mermet sociologue (auteur de Francoscopie ) adresse de contact : citoyensresponsables@free.fr

Qu'a fait la Chine du 11e Panchen Lama ?

Le 17 mai 1995, la Chine communiste, qui occupe le Tibet depuis 1949, enlevait le 11e Panchen Lama. Personne n'a revu Gedhun Choekyi Nyima depuis lors.

Lien : autres articles sur le Tibet

2007-11-27

Support the police

Plus de soixante policiers blessés dans les émeutes de Villiers-le-Bel dans le Val-d'Oise !

"My policies are based
not on some economics theory, but on things I and millions like me were brought up with: an honest day's work for an honest day's pay; live within your means; put by a nest egg for a rainy day; pay your bills on time; support the police."


Margaret Thatcher, 20 septembre 1981

Mozinor sur les grèves

2007-11-17

22 novembre : histoire critique de la modernité

L'institut Euro92 organise une conférence jeudi 22 novembre :

"Jeudi 22 Novembre 2007
Au 126, rue de l’université 75007 Paris - inscrivez-vous avant le 22 Novembre, midi
Historien, économiste et ambassadeur Claude Fouquet a entrepris de revisiter l'histoire officielle qui surestime l'Antiquité et remet à la mode de vieilles idéologies réactionnaires, qui ont mené à des dictatures, des guerres totales et plus tard aux totalitarismes. Contre ces doctrines, c'est en Europe occidentale, et nulle part ailleurs, qu'est née la modernité, c'est à dire, la liberté, l'absence de peur, l'état de droit et la démocratie. Cette lutte permanente est exposée dans le livre "Histoire critique de la modernité" édité chez l'Harmattan. Notre ami Philippe Simonnot animera cette conférence. "

2007-11-15

PR TV

Connaissez-vous Professeur TV ? Suivez ce lien : http://www.elysee.fr/photos/?mode=gallery&year=2007&month=11&datepage=1&eventpage=1&id=262 et appuyez sur la flèche verte "écouter cette page". C'est à pleurer de rire.

2007-11-13

Grève des transports

Toutes les infos utiles pour la grève des transports du 13 - 14 novembre :
- RATP
- SNCF
- Manif contre la grève, dimanche à Paris
- Infos trafic routier
- Covoiturage : Kijiji - 123envoiture

Au fait, les Français n'ont pas voté pour Christian Mahieux le 6 mai 2007. Vous ne connaissez pas encore Christian Mahieux ? Il bat pourtant le record syndical d'architecture capillaire détenu jusqu'à présent par Bernard Thibault :


Et ce n'est pas un "bras de fer entre le gouvernement et les agents de la fonction publique", comme le titre Yahoo! France. C'est une grève menée par des agents de la fonction publique (une minorité). Si Yahoo! pouvait rectifier...

Archives : extrait du billet du 9 mai 2007 :
On parle souvent de grévistes en France, et en effet, c'est une véritable idéologie du "grévisme" qui a imprégné les esprits depuis des décennies, au lieu de la pratique de la négociation.

Cette mentalité a tellement imprégné les esprits que le vocabulaire a été détourné, en novlangue "citoyenne" (civique, en français) : "mouvement" au lieu de blocage, "action" au lieu d'inaction, "mobilisation" au lieu de paralysie...

2007-11-12

2007-11-08

Grèves, demandez le programme

Jeudi 8 novembre : manifestations d'étudiants
Mercredi 14 novembre : transports publics : SNCF & RATP (bus, métro, RER), en réalité dès le 13 au soir ; en revanche, il n'y a pas de préavis de grève sur le réseau Stan à Nancy
Mardi 20 novembre : fonctionnaires, dont enseignants de l'école publique
Jeudi 29 novembre : magistrats judiciaires et fonctionnaires de justice

Dans l'intérêt de tous, laissez un commentaire sur les lignes qui fonctionnent et les lignes bloquées si vous le pouvez.

Liens : Liberté chérie - Stop la grève
Facebook : contre la grève du 13 - contre la grève du 20 - Liberté chérie - Stop la grève

Mise à jour : 2007-11-12

2007-11-07

13 novembre : Margaret Thatcher face aux mineurs

L'institut Euro92 organise une conférence :

"MARDI 13 Novembre 2007 de 19h30 à 21h
Au 126, rue de l’université 75007 Paris - inscrivez-vous avant le 13 Novembre, midi
Jusqu'en 1985, la puissance des syndicats est si considérable que Edward Heath, premier ministre conservateur a posé la question suivante lors des élections de 1974 :
" Qui gouverne le Royaume-Uni ? Pour les dirigeants conservateurs, le vrai choix ne se situe pas entre conservateurs et travaillistes, mais plutôt entre conservateurs et le syndicalisme radical comme NUM. Ce syndicat très politisé est considéré comme portant une responsabilité particulière dans les difficultés britanniques ".
Un affrontement décisif se déroulera entre le gouvernement britannique et le syndicat des mineurs entre 1972 et 1985. A l'issue de celui-ci se produiront des changements fondamentaux qui permettront la renaissance économique de la Grande-Bretagne.
Monsieur Pierre-François Gouiffès nous expliquera en détail ces événements et leurs conséquences ainsi que les leçons que l'on peut en tirer pour la France Il est l’auteur de:
" Margaret Thatcher face aux mineurs 1972-1985 treize années qui ont changé l'Angleterre " paru aux éditions Privat

7 novembre : la révolution néo-zélandaise

L'institut Euro92 organise une conférence mercredi 7 novembre :

"Attention conférence en anglais
Mercredi 07 Novembre 2007, 19h30-21h
Au 126, rue de l’université 75007 Paris - inscrivez-vous avant le 07 Novembre, midi
La révolution Néo-Zélandaise - leçons pour l'Europe
Au début des années 1980, la Nouvelle-Zélande était considérée comme le pays le plus socialiste en dehors du bloc soviétique. Entre 1984 et 1988 le gouvernement travailliste a mis en oeuvre une série de réformes économiques radicales. En 1990, celui-ci, ayant perdu son zèle réformiste, a cédé la place au Parti national, désormais réformiste.
Entraîné par un ministre des Finances dynamique Roger Douglas, le nouveau gouvernement a mis en place de nouvelles réformes qui ont permis au pays d'ouvrir la voie de la croissance et qui place désormais la Nouvelle-Zélande en haut de l'index annuel de la liberté économique de la Heritage Foundation.
Monsieur Sane Frith directeur du think tank progressive Vision nous expliquera cette révolution libérale. Le débat sera animé par notre ami Jacob Arfwedson."

Propagande totalitaire

On est pris de dégoût à la vision de l'art mis au service de la propagande de la dictature totalitaire communiste, que ce soit en Russie ou à Cuba.

Dans son triptyque publié par le Monde, Jan Krauze fait un juste portrait d'un Lénine sinistre ; écrire que Staline aurait perverti la vertueuse révolution communiste de Lénine est un mensonge ; les intentions de Lénine étaient déjà criminelles, et réduisent à néant même la version post-communiste servie depuis 1989 du salut par les intentions, décrite par Revel dans La grande parade.