2007-01-31

Que vont-ils encore taxer ?

Dans cette vidéo, TaxPayers' Alliance, l'équivalent britannique de Contribuables associés, se demande quelle nouvelle taxe le gouvernement va bien pouvoir encore inventer...

Nouvelle exposition de Guillaume Ortega

Guillaume Ortega présente une nouvelle exposition de tableaux, à partir du 1er février 2007 au soir, au 1 ter rue Nollet, Paris 17e.

2007-01-28

La France, pays "modérément libre"

La France se classe au 45e rang mondial pour la liberté économique dans le classement 2007 de la fondation Heritage, loin derrière les Etats-Unis (4e), le Royaume-Uni (6e), l'Allemagne (19e), pour citer quelques-uns de ses grands concurrents. Elle était 44e en 2004.

Besoin d'air : livre blanc 2007 du MEDEF

Le MEDEF (Mouvement des entreprises de France), syndicat patronal français, publie un livre blanc intitulé Besoin d'Air, qui donne un point de vue d'entrepreneurs sur les enjeux et débats de l'élection présidentielle de 2007.

L'histoire du crayon, par Milton Friedman



L'histoire du crayon, par Milton Friedman.

2007-01-24

2007-01-23

Flat tax en Roumanie

Relevé dans le Monde d'hier (postdaté d'aujourd'hui), ce paragraphe sur l'effet de l'impôt proportionnel (flat tax) en Roumanie :

« Introduit en 2005, le taux unique d'imposition - 16 % sur le profit des sociétés et les revenus des employés, quels que soient leurs niveaux - a simplifié la fiscalité et rassuré les investisseurs. Résultat : alors qu'en quatorze années, entre 1990 et 2004, la Roumanie n'avait attiré que 14 milliards d'euros d'investissements étrangers, en deux ans - 2005 et 2006 - elle en a obtenu au moins 15 milliards ».

(Le Monde, 2007-01-23).

À quand un taux unique d'imposition en France ?

2007-01-21

30 janvier, signature de livres libéraux

Le 30 janvier 2007 de 17 h à 21 h à la mairie du 16e arrondissement, 71 avenue Henri Martin à Paris, le Club Courbet et le Réseau Liberté organisent une deuxième signature de livres libéraux, après le succès de la précédente.

Sont annoncés : David Abiker ; Jérôme Adam ; Florin Aftalion ; Nicolas Baverez ; Préfet Paul Bernard ; Pierre Boncenne ; Véronique Bouzou ; Nathalie Brion et Jean Brousse ; Eric Brunet ; Jean-Louis Caccomo ; Christine Champion ; Jean-Marc Chardon ; Valérie Charolles ; Commentaire (Revue) ; Contribuables Associés ; Stéphane Courtois ; Eric Decouty ; Christian Delacampagne ; Chantal Delsol ; Arash Derambarsh ; Thierry Desjardins ; François Devoucoux du Buysson ; Alain Dumait (Les 4 Vérités) ; Jean-Marc Fedida ; Edouard Fillias et Sabine Hérold ; Claude Frémont ; Jacques Garello (Aleps) ; Patrice Gilbert ; Jacques de Guénin ; Florence Guernalec ; Peter Gumbel ; Roland Hureaux ; Evelyne Joslain ; Christian Julienne (Héritage et Progrès) ; Rachid Kaci ; Mathieu Laine ; Alain Laurent ; Nicolas Lecaussin ; Daniel Lefeuvre ; Bertrand Leménnicier ; Denis Lensel ; Michel Leter ; Georges Lane et Jean-Gilles Malliarakis ; Pierre Manent ; Philippe Marini ; Jean-Francois Mattéi ; David Miège, dessinateur ; Guy Millière ; Yves Montenay ; Philippe Nataf Editions Charles Coquelin ; Philippe Némo ; Jean-Paul Oury ; Jean-Gustave Padioleau ; Jean Peyrelevade ; Michel de Poncins ; Pierre Rigoulot ; Yves Roucaute ; Catherine Rouvier ; Christian Saint-Etienne ; Pascal Salin ; Aziz Senni ; Patrick Simon ; Philippe Simonnot ; Alain-Gérard Slama ; Christophe Soulard ; Bernard Spitz ; Christian Stoffaës ; Maxime Tandonnet ; Nicolas Tenzer ; Agnès Verdier (IFRAP) ; Antoine Vitkine ; Ilios Yannakakis.

26 janvier, débat sur le développement économique des pays du Sud et les relations Nord-Sud

Liberté Chérie invite à participer au prochain exposé-débat organisé par le Café Liberté et dont le thème sera "le développement économique des pays du Sud et les relations Nord-Sud".

Le débat sera précédé d'un exposé d'Yves Montenay, auteur d'un remarquable ouvrage intitulé "Le mythe du fossé Nord-Sud".

Yves Montenay a mené des missions dans de nombreux pays, notamment dans les pays en voie de développement.

Il observe que le développement et les relations Nord-Sud suscitent des positions contrastées, voire contradictoires. Celles-ci oscillent en effet entre culpabilité (au motif de colonisation, pauvreté, pollution, etc.) et crainte (au motif de délocalisations, de contrefaçon, de dictatures, de mafias, etc.)

Yves Montenay passera en revue ces différents thèmes sous les angles historique, géographique et idéologique et procédera à une clarification générale.

Informations pratiques

Date et heure :
vendredi 26 janvier 2007
Accueil à 20h00 / Exposé à 20h30 / Débat à 21h15

Lieu :
Café "Bastille" (salle à l'étage)
8 place de la Bastille
75012 Paris
Métro Bastille

Possibilité de se restaurer pendant l'exposé

Le français, ça va changer fort !

Humour politique : Segoland comporte d'autres petites pépites de cet acabit.

Les problèmes essentiels

Guy Millière a l'amabilité de mettre un lien vers l'article de Libertas sur le Consensus de Copenhague pour désigner "les problèmes essentiels qui se rencontrent sur la planète", dans son article publié par l'Institut Turgot intitulé "La grande peur du 21e siècle". Qu'il en soit remercié.

Vous trouverez dans le billet suivant quelques ouvrages qu'il a publiés.

2007-01-19

2007-01-18

Le Conseil d'Etat annule le classement de sortie 2004 de l'ENA

Conseil d'Etat, 10e et 9e sous-sections réunies, 10 janvier 2007 n° 297864 M. G. et autres :

(…)

Vu le jugement n°0401972 du 3 décembre 2004, enregistré le 2 octobre 2006 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, par lequel le tribunal administratif de Strasbourg a transmis au Conseil d'Etat, en application de l’article R. 311-1 du code de justice administrative, la requête présentée par M. Etienne G. etc. ; le SYNDICAT SPACEF-CFDT - MINISTÈRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE, dont le siège est 120, rue de Bercy à Paris Cedex 12 (75572) ; M. G. et les autres requérants demandent:

1°) l’annulation pour excès de pouvoir de la décision du 12 mars 2004 par laquelle le directeur de l’Ecole nationale d’administration (E.N.A.) a arrêté le classement des élèves de la promotion 2002-2004 «Léopold Sédar Senghor»de l’E.N.A. ;

2°) de mettre à la charge de l’Ecole nationale d’administration une somme globale de 30 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative;

(…)

Vu les autres pièces du dossier;

Vu le code de justice administrative;

Vu la loi n°84-16 du 11 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’Etat, notamment son article 20 bis;

Vu le décret n°2002-50 du 10 janvier 2002 relatif aux conditions d’accès et aux régimes de formation à l’Ecole nationale d’administration;

Vu le décret n° 2002-766 du 3 mai 2002 relatif aux modalités de désignation, par l’administration, dans la fonction publique de l’Etat, des membres des jurys et des comités de sélection et de ses représentants au sein des organismes consultatifs;

Vu l’arrêté du ministre de la fonction publique et de la réforme de l’Etat en date du 10 janvier 2002 portant approbation du règlement intérieur de l’Ecole nationale d’administration;

(…)

Sur la recevabilité de la requête:

Considérant que si le directeur de l’Ecole nationale d’administration conteste l’intérêt du syndicat CFDT-SPACEF à demander l’annulation de la décision attaquée, la requête en tant qu’elle émane de M. G. etc. est recevable; que la fin de non recevoir opposée par le directeur doit, en tout état de cause, être rejetée;

Sans qu’il soit besoin de statuer sur les autres moyens de la requête;

Considérant qu’aux termes de l’article 45 du décret du 10 janvier 2002 susvisé: «La scolarité à l’Ecole nationale d’administration dure vingt-quatre mois. (…) / La scolarité comporte des stages et des études. (…) Elle est sanctionnée par un classement»; que M.G. et les autres requérants demandent l’annulation de la décision du 12 mars 2004 du directeur de l’Ecole nationale d’administration arrêtant le classement à la fin de la scolarité des élèves de la promotion 2002-2004 «Léopold Sedar Senghor»;

Sur l’épreuve de questions européennes et questions internationales:

Considérant qu’aux termes de l’article 47 du décret du 10 janvier 2002 susvisé: « A l’exception de l’attribution des notes prévues au troisième alinéa du présent article, aucun maître de conférences de la promotion à laquelle appartiennent les élèves intéressés et de la promotion antérieure ne peut être membre d’un jury ni examinateur »; qu’il ressort des pièces du dossier que (le) conseiller à la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne, a fait partie des maîtres de conférences choisis par l’Ecole dans le cadre de l’enseignement de questions internationales et européennes, et est intervenu devant les élèves de la promotion Senghor ; qu’en méconnaissance des dispositions précitées, il a pourtant également été nommé membre du jury de l’épreuve de questions européennes, qui a, ainsi, été irrégulièrement composé; que les notes attribuées par ce jury doivent par suite être annulées;

Sur l’épreuve de gestion publique:

Considérant qu’en application de l’article 17 du règlement intérieur de l’Ecole nationale d’administration, l’enseignement de gestion publique donne lieu à deux épreuves, une note sur dossier, avec un coefficient 5, et une « soutenance orale de la note écrite», avec un coefficient 3; que, par ailleurs, les élèves doivent effectuer des travaux collectifs sur option, sanctionnés par une épreuve écrite avec un coefficient 5; qu’il ressort des pièces du dossier que, dans ce dernier cadre, un groupe d’élèves a travaillé pendant un mois sur le thème de la réorganisation des services routiers du ministère de l’équipement et a notamment eu plusieurs entretiens approfondis avec des agents de ce ministère, dont le directeur du personnel, des services et de la modernisation; que, s’agissant de l’épreuve écrite de gestion publique, le jury, présidé par le même directeur d’administration centrale, a sélectionné un dossier portant sur la décentralisation de certaines compétences du ministère de l’équipement, parmi lesquelles les infrastructures routières; que, malgré la formulation différente des deux sujets, le thème du dossier de l’épreuve écrite de gestion publique était de nature à procurer un avantage aux élèves qui, par le travail et les démarches réalisés dans le cadre de l’épreuve de travaux collectifs, avaient pu acquérir une familiarité certaine avec le sujet et s’entretenir personnellement avec le directeur d’administration centrale, président du jury; que par suite, l’épreuve écrite et l’épreuve orale de gestion publique doivent également être annulées;

Considérant qu’il résulte de tout ce qui précède que les épreuves de gestion publique et de questions européennes doivent être annulées; que M.G. et les autres requérants sont par suite fondés à demander l’annulation du classement des élèves de la promotion 2002-2004 de l’Ecole nationale d’administration;

Considérant toutefois que, par un arrêté en date du 9 avril 2004, le ministre de la fonction publique et de la réforme de l’Etat a affecté les élèves de la promotion 2002-2004 de l’Ecole nationale d’administration ayant terminé leur scolarité au mois de mars 2004 dans les différents corps qu’ils avaient choisis; que cet arrêté n’a pas fait l’objet de recours contentieux; que ces nominations, qui étaient créatrices de droits pour leurs bénéficiaires, étant devenues définitives, l’annulation prononcée par la présente décision est sans influence sur la situation individuelle des agents issus de la promotion «Léopold Sedar Senghor»;

Sur les conclusions tendant à l’application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative:

Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de faire application de ces dispositions et de mettre à la charge de l’Ecole nationale d’administration la somme globale de trente euros que les requérants demandent au titre des frais exposés par eux et non compris dans les dépens;

DÉCIDE

Article 1: La décision du 12 mars 2004 du directeur de l’Ecole nationale d’administration arrêtant le classement des élèves de la promotion 2002-2004 «Léopold Sedar Senghor» de l’Ecole nationale d’administration est annulée.

Article 2: L’Ecole nationale d’administration versera une somme globale de trente euros à M. G. et aux autres requérants.

Article 3: La présente décision sera notifiée à M. G. etc., au SYNDICAT SPACEF-CFDT - MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE, à l’Ecole nationale d’administration, au ministre de la fonction publique et au Premier ministre.

Les congrès (2)

















Congrès d'Alternative Libérale le 4 février 2007 à 14h30 au Bataclan à Paris.

2007-01-17

Le manifeste des alter-libéraux

Edouard Fillias, Sabine Herold, Aurélien Véron, Ludovic Lassauce et Jean-Paul Oury publient Le Manifeste des Alter-Libéraux.

4e de couverture : "Alters - car un autre monde est possible, mais pas celui de José Bové. Libéraux - car nous pensons que l'Etat doit connaître des limites à son expansion, que son intervention n'est pas bonne partout et qu'il convient de multiplier les contre-pouvoirs. Parce que nous pensons que seul le choix individuel, responsable et respectueux des droits d'autrui, peut produire un changement de société. Nul ne peut dicter les modalités de son bonheur à un individu.
"Porté par les jeunes créateurs d'un nouveau parti, Alternative libérale, ce livre prône un libéralisme décomplexé : pensée-paria et pourtant logiciel libre de la vrai rupture avec la France qui radote. Manifeste d'une génération qui revendique sa liberté de choix sociale, culturelle, économique et surtout individuelle - une invitation joyeuse à la révolution.
"Edouard Fillias a 27 ans. Président d'Alternative libérale, après avoir cofondé et dirigé l'association Liberté chérie, il est maître de conférences à l'IEP de Paris. Sabine Herold est porte-parole d'Alternative libérale ; Aurélien Véron, Ludovic Lassauce et Jean-Paul Oury en sont membres."

Lien : acheter Le Manifeste des Alter-Libéraux

2007-01-16

Article quotidien de l'Institut Ludwig von Mises

Economie et finances

L'Institut Ludwig von Mises (du nom de l'économiste autrichien Ludwig von Mises), sis en Alabama, publie un courriel quotidien (en anglais). Pour s'y abonner : http://www.mises.org/content/elist.asp

Thème du jour : le bonheur au Bhoutan...

Et pour s'abonner à Libertas (en français !) :
- par courriel : Feedblitz
- par RSS : Feedburner

2007-01-15

Torture en Égypte

Afrique

Une vidéo publiée par misrdigital.tk dénonce l'emploi de la torture en Égypte.

Article 5 de la déclaration universelle des droits de l'homme :
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants
.

2007-01-13

Les congrès (1)

France

Congrès de l'UMP le 14 janvier 2007
à 10 heures au Parc des expositions de la Porte de Versailles
à Paris.

2007-01-12

Perles thatchériennes

Europe

Le site Wikiquote réunit, dans sa version anglophone, une collection de citations de Margaret Thatcher, premier ministre britannique de 1979 à 1990.

Biographie de Margaret Thatcher (en français)
Citations de Margaret Thatcher (en anglais, en attendant une bonne âme pour les traduire en français !)

2007-01-10

Le grand méchant marché

Augustin Landier et David Thesmar publient : "Le Grand Méchant Marché : Décryptage d'un fantasme français".

4e de couverture :

"Les Français sont allergiques au marché. Tous les sondages confirment l’émergence d’un nouveau consensus : le capitalisme financier est vécu comme une source insupportable d’aliénation et d’inégalités, il détruit l’économie et la société. Ce sentiment de défiance crée un malaise profond chez nos compatriotes et les singularise dans le concert des nations.

"Or, ce livre en fait l’éclatante démonstration, certains lieux communs du discours anti-capitaliste sont faux et doivent être dénoncés comme tels. Partout, le développement financier est un accélérateur de croissance. Les marchés n’induisent pas la myopie industrielle pour laquelle on les blâme, mais permettent au contraire le financement de projets de longue haleine. La finance n’est ni l’ennemie de l’emploi, ni celle de l’égalité si chère à nos concitoyens.

"Pour décrypter la signification de ce malaise, un détour par l’histoire de notre pays s’impose. Contrairement à une idée répandue, construite sur les décombres d’une société de petits propriétaires, la France n’était pas prédisposée à l’anti-libéralisme. C’est le succès mal interprété des Trente Glorieuses qui a nourri l’illusion qu’un « autre capitalisme » serait possible. Notre économie reste largement structurée par l’héritage de l’après-guerre. La libéralisation des années 1980, stoppée en rase campagne, a donné naissance à un capitalisme hybride et schizophrène : un patronat hésitant entre sa loyauté au pays, aux actionnaires ou aux salariés, des actionnaires en majorité étrangers et qui ne représentent pas une force politique. Pour rendre au capitalisme sa légitimité, il faut faire des Français les acteurs à part entière d’un capitalisme financier dont ils doivent être les premiers bénéficiaires.

"Ancien élève de l’ENS, agrégé de mathématiques et diplômé du Massachusets Institute of technology (MIT), Augustin Landier enseigne la finance à l’université de New York (NYU Stern).

"Ancien élève de l’ENSAE et de l’X, docteur en sciences économiques, David Thesmar est professeur associé à HEC."

Lien : acheter Le Grand Méchant Marché : Décryptage d'un fantasme français