2009-04-07

Pourquoi je reste

Bien que je ne prétende pas avoir fait une exégèse exhaustive du contenu et des commentaires, je suis allé me faire une idée des premiers adhérents de la cause de l'émoi du moment, Renovatio Occidentalis, qui ont à première vue surtout des accents militaires, militaristes. Ceci n'est pas un avis complet et définitif, seulement une ébauche, mais je n'ai pas le temps d'en écrire davantage.

Mais compte tenu de l'ambiance, je tiens à dire que je reste membre du réseau LHC. Pourquoi resté-je ?

Le fait que certains des membres aient adhéré à un autre réseau ne me semble avoir aucune incidence ni sur LHC, ni sur les valeurs de liberté, d'humanisme et d'esprit critique que ce réseau porte.

La liberté d'expression n'a aucune utilité si c'est pour ne rien se dire. Je ne peux débattre qu'avec quelqu'un dont l'avis diffère.

Je me reconnais dans LHC. Je ne me reconnais pas dans Renovatio Occidentalis : ce n'est pas mon combat. J'ai plus en commun avec un Arabe éclairé qu'avec un Français du NPA, avec un Indien d'Hyderabad ou d'Ahmedabad qu'avec un Schwarzer Block allemand, avec un Afghan de l'Alliance du Nord qu'avec un suprématiste américain, pour résumer rapidement. Les affinités intellectuelles choisies importent plus que les appartenances subies ; les cultures sont distinctes, la civilisation est une. Bien qu'étant de culture occidentale, je ne suis pas occidentaliste, parce que je suis un orientaliste, si j'ose cette juxtaposition : je sais trop de la richesse intellectuelle de l'Orient (au sens large) et de la pauvreté intellectuelle de la Bible Belt et du Midwest américain, pour illustrer ma pensée par des exemples, pour m'y retrouver.

Le libéralisme est un paradigme qui ne répond pas aux questions de fond, morales, éthiques, métaphysiques, philosophiques, ni même à toutes les questions politiques. Qu'est-ce que la vie bonne ? Le libéralisme offre la liberté de choisir, il peut aider à discerner quelles actions sont mauvaises, mais il ne suffit pas à dire ce qui est bon. Il laisse entière la question du sens. Depuis son émergence en réponse aux guerres fanatiques (avec La Boétie et son Discours de la servitude volontaire), il permet la coexistence pacifique d'opinions divergentes.

Je pense que Renovatio Occidentalis est une tentative maladroite de redire un attachement - que je partage - à l'unité de nations qui ont la chance de connaître la démocratie libérale, le respect de la vie, de la liberté et de la propriété, l'égalité des droits, la responsabilité, la fraternité volontaire, unité que "l'obsession anti-américaine" dénoncée par le regretté Jean-François Revel met à mal.

Je me retrouve assez dans les commentaires de Paul de Freelance sur le billet d'Avec nos gueules: "Je trouve que vous vous enflammez un peu vite. Les masques ne tombent pas, ils étaient déjà à terre depuis longtemps pour qui sait lire. Criticus n'a jamais caché qu'il était un "néo-conservateur", il le crie même sur tous les toits. De plus, vous y allez un peu fort. Par exemple, vous utilisez X fois le mot xénophobie alors que dans sa charte il précise au point 2 : "Les membres de Renovatio Occidentalis se refusent à tout racisme et à toute xénophobie". Je ne dis pas que mettre ça dans sa charte protège de tout procès, mais quand même, vous pourriez argumenter au lieu de prendre pour acquis "occident = extrême-droite = raciste = nazi" et point barre. Bref, je trouve vos propos un peu trop virulents. J'ai du mal à reconnaître par exemple Lomig dans le portrait que vous faites de ce blog comme d'une association néo-nazie. Ça sent le gauchisme de base..."

Les mauvais coups des polémiques ne sont pas absents de celle-ci. Les amalgames (je ne trouve pas dans la charte ce qui n'y est pas écrit), les faux syllogismes (il y a dans LHC quelques personnes qui professent un attachement marqué à un Occident imaginaire qu'ils ont en commun avec des gens qui ont un attachement à l'armée en commun avec des nationalistes, donc LHC est un repaire d'extrémistes !), des anathèmes (ceux qui ne ne sont pas avec moi sont contre moi, et comme je suis antifasciste, ce sont des fascistes, quand bien même ce procédé, grossier, me paraît d'essence fasciste), les allusions douteuses (le symbole de l'OTAN rapproché de la croix de fer allemande... qui fut en usage à l'époque nazie... mais exista avant... et après, puisqu'elle reste le symbole de la Bundeswehr), les attaques ad hominem. En face, je trouve la menace de Criticus de balancer les noms de personnes qui ont choisi l'anonymat scandaleuse et probablement illégale.

Le faux syllogisme : des sympathisants d'extrême-droite sont occidentalistes, Criticus est occidentaliste, Criticus est membre de LHC donc je quitte LHC à cause de la proximité de LHC avec l'extrême-droite, me laisse pantois. C'est un peu comme si je refusais de siéger au Parlement européen parce que Jean-Marie Le Pen en est membre. Je considère LHC comme un lieu de débat entre personnes attachées à la démocratie libérale, non comme un pôle de rassemblement identitaire. Comme Lomig, je ne pense pas que les appartenances soient exclusives ; Amin Maalouf, qui vient du Liban, sur la ligne de faille entre l'Occident et l'Orient, en sait quelque chose et l'a écrit dans son excellent livre Les identités meurtrières. Les identités meurtrières.

Comme Toréador, je pense que le concept non d'Occident mais d'occidentalisme est incohérent. Et cette incohérence le voue plus à la marginalité qu'aux gémonies. Il faut dire qu'en tant que libéral français, je n'ai guère de leçons de marginalité à donner : la marginalité, en France, le libéralisme connaît.

Je ne crois pas aux prémisses de Renovatio Occidentalis : non, l'Occident n'est pas décadent ; sa situation n'était pas meilleure au 20e siècle aux idéologies communiste et nationale-socialiste criminelles, au 19e siècle qui mena à 1914, au 18e siècle qui mena à 1789 et 1793, au 17e siècle de l'absolutisme monarchique, au 16e siècle des guerres religieuses. Il mute, il change, il évolue, non sans douleurs. Il est perfectible, il n'est pas décadent. Je ne partage pas non plus le syndrome obsidional : il n'est pas moins menacé par lui-même que par l'extérieur. Je ne comprends pas non plus la définition géographique de l'Occident : que font ses défenseurs des zones grises ? Dedans ? Dehors ?

Au total, libéral je suis, occidentaliste ne puis.

Pour conclure, oh surprise ! je ne suis pas néo-conservateur, je suis libéral, je me reconnais dans LHC, je ne me reconnais pas dans Renovatio Occidentalis. Libéral, je peux parler avec des néo-conservateurs, comme avec des conservateurs, comme avec des socialistes, car parler à son nombril trouve vite ses limites.

J'espère que Lomig, à la réflexion, se rapprochera de mon point de vue, et que cela permettra à Rubin de revenir à LHC. Il me manque.

Correction : Je modifie la première phrase : il manquait en effet un maillon du raisonnement ; j'avais pointé à tort vers une page d'un blog, Théâtre des opérations, qui n'était pas membre de Renovatio Occidentalis, parce qu'elle expliquait une image reprise en commun sur plusieurs des blogs de Renovatio Occidentalis : Jeune droite, Rebelles.info, par exemple, reprennent l'image : "Soldat, nous ne t'oublions pas". Cela illustrait, trop rapidement, mon propos, qui était que ce qui me sautait le plus aux yeux lorsque j'ai parcouru les blogs de RO était surtout leur côté militaire et/ou militariste. Je corrige le raccourci erroné.
Je précise que je ne fais pas l'amalgame, que d'autres ont tôt fait de faire, entre intérêt pour les questions de défense et nationalisme. Il existe de nombreuses variantes de libéralisme, mais souvent les libéraux assignent à l'État quatre fonctions: police, justice, diplomatie et défense, afin d'assurer le respect des engagements conventionnels. Ce que les libéraux contestent, c'est l'extension des prérogatives de l'Etat en dehors de ces quatres fonctions régaliennes.

19 commentaires:

Claudio Pirrone a dit…

ci pour ce billet

Claudio Pirrone a dit…

Merci (ça avait coupé)

Rubin a dit…

Salut Libertas, et merci pour ce billet, ainsi que pour ton attention.

Ton discernement t'honore. La finesse de ta position aussi. Mais en ce qui me concerne, malheureusement, je ne puis m'en autoriser autant.

J'étais membre du comité directeur du réseau LHC. À ce titre, une certaine proximité intellectuelle était absolument nécessaire, ainsi qu'un minimum de capacité de dialogue, avec les autres membres de ce comité : Roman, René, Lomig et Lolik.

Il se trouve hélas qu'au fil des débats de ces derniers mois, je n'ai cessé de m'éloigner des deux premiers, parfois avec fracas. Je reconnais chez eux une logique essentialiste, déterministe à laquelle je suis, comme toi, fondamentalement étranger.

J'ai toujours eu plus de proximité avec Lomig, mais sa radicalisation sur le sujet de l'islam m'avait rendu, chacun a pu le remarquer, la cohabitation parfois malaisée. Nous restons néanmoins amis, car avec lui le dialogue est toujours possible.

Lolik, enfin, ne s'est toujours pas exprimée. Je n'attends pas spécialement qu'elle le fasse.

Tout cela pour expliquer qu'il serait malhonnête de ma part d'imaginer pouvoir continuer à co-diriger le réseau avec ces personnes dans les conditions que j'ai décrites, parce que je ne veux pas en faire la même chose qu'eux, et que je ne veux pas être associé à ce qu'ils veulent en faire, ni à ce qu'ils semblent vouloir faire par ailleurs.

Je suis aussi attaché que toi aux principes et aux valeurs que tu cites avec talent dans ton billet. Mais je ne pense plus que LHC en soit le meilleur véhicule, ni le plus fidèle reflet. C'est dommage.

LOmiG a dit…

Excellent billet. Qui me fait comprendre, avec celui de Rubin, et en plus des discussions, et des réflexions que j'ai pu avoir, l'erreur qui a été la mienne.

Je suis d'accord pour dire que les blogs qui sont venus s'accoler à l'initiative de Roman sont puants (certains). Ils ont achevé de me convaincre. LHC n'est pas compatible avec RO. J'ai demandé à Roman de quitter le comité directeur de LHC. Il a compris que c'était nécessaire et va le faire.

J'estime que cela devrait permettre de clarifier un peu les lignes.

Quant à la clarification de ma position, j'ai déjà en commentaire chez l'hérétique que devant un choix, je choisis bien évidemment LHC, car j'adhère à sa charte complètement, alors que je n'adhère que partiellement à celle de RO. Je reste convaincu que Roman est un interlocuteur crédible et intelligent et qu'il saura faire rapidement le tri dans les membres de RO. Nous verrons.

Libertas, Rubin, votre avis fait beaucoup plus que m'intéresser. Il est même déterminant pour la suite de LHC. Pensez-vous que je doive quitter RO pour continuer à faire partie du comité directeur de LHC ?

L'hérétique a dit…

En fait, le seul désaccord que j'ai avec ce billet porte sur ce qui me pousse, jusqu'ici, à quitter LHC.
Pour recevoir le syllogisme dénoncé il faut d'abord en accepter la majeure et surtout les prémisses :
LHC n'est pas qu'un lieu de débat : LHC a aussi une identité. Si LHC n'était qu'un lieu de débat, en effet, toutes ces réactions, à mes yeux, en tout cas, n'auraient pas eu lieu d'être.
Mais LHC a une charte qui comprend les mots "humaniste" et "libre". On ne peut pas admettre que des blogs d'extrême-droite y soient associés directement ou indirectement. C'est ce qui a bien failli se produire.

Paul a dit…

Très en phase avec ton billet (au passage, merci de me citer ;), j'approuve ta vision du libéralisme et le fait que tu cites Amine Maalouf !
La question qu'il faudra se poser, une fois la polémique calmée, c'est de savoir si LHC est un réseau clairement libéral, ou un réseau qui accepte toutes les tendances du moment qu'on respecte certaines valeurs.

Libertas a dit…

Merci pour vos commentaires, très encourageants. Je ne veux pas réagir à chaud, et puis je dois bosser ; je répondrai un peu plus tard.

Aurelien Veron a dit…

Belle analyse, je sais qu'à chaud, ceux qui se sont vite retirés sont encore secoués. Mais Criticus et Lomig ont montré un beau courage dans cette petite affaire, ce qui est très positif pour l'esprit de LHC.

La force d'une association, et le signe de sa maturité, c'est de surmonter les crises. Si le calme revient, j'espère voir revenir Criticus, l'hérétique et Rubin dans LHC afin de renforcer ce réseau.

On en reparlera quand les esprits seront calmés.

Libertas a dit…

Pour répondre à l'Hérétique, je ne peux que répéter ce que j'ai déjà écrit : "Je considère LHC comme un lieu de débat entre personnes attachées à la démocratie libérale, non comme un pôle de rassemblement identitaire." C'est donc un espace de discussion, avec des bornes qui se trouvent dans sa charte. Tout n'y est pas admissible, mais l'uniformité n'y est pas de mise non plus. Et Criticus y a(vait) toute sa place, d'autant plus qu'il était co-fondateur de LHC. Lomig, tu as répondu toi-même à la question que tu me posais, et comme je te l'ai dit par ailleurs je trouve que c'est une sage décision, qui t'honore.

LHC : liberté, humanisme et esprit critique : cela exclut tant les extrêmes de gauche et de droite que le politiquement correct. Et je défends en général une conception extensive de la liberté d'expression, aussi poussée que celle garantie par le premier amendement de la constitution des Etats-Unis d'Amérique, jusqu'au politiquement incorrect, et je souhaite en particulier sur LHC, l'admission de blogs dont le discours est argumenté et réfutable, ne tombe pas dans l'invective, et respecte les règles du jeu de tout débat, c'est-à-dire ne revient pas à faire taire l'opinion adverse.

Criticus discute l'utilité même des réseaux, après en avoir fondé deux, ce qui me laisse perplexe. J'y trouve en tout cas un intérêt réel, parce que le réseau LHC m'a permis de connaître des personnes de valeur que je n'aurais pas connues autrement, notamment Lomig, dont comme l'écrit Rubin je me sens proche, et une utilité pratique : nous écrivons pour être lus, et je constate que l'appartenance à un réseau dope la fréquentation et accroît la notoriété de chacun de ses membres.

Je regrette le départ de Criticus et le procès d'intention moscovite dont il a été victime ; je ne partage pas toutes ses vues, mais j'ai toujours apprécié la discussion avec lui. Je continuerai à le lire et à échanger avec lui. J'espère que lui aussi redeviendra membre de LHC, une fois la polémique retombée.

Dommage pour ceux qui sont partis un peu vite, mais la maison LHC est ouverte : on peut la quitter, la rejoindre. Je souscris entièrement aux propos d'Aurélien: "La force d'une association, et le signe de sa maturité, c'est de surmonter les crises. Si le calme revient, j'espère voir revenir Criticus, l'hérétique et Rubin dans LHC afin de renforcer ce réseau."

Vive la liberté.

Libertas a dit…

Je constate à l'instant le sabordage silencieux de Renovatio Occidentalis: le site a disparu, la charte a disparu, la plupart des membres a renoncé et a retiré le logo. Damnatio memoriae.

Stat LHC dum volvitur orbis.

François Duran a dit…

Bonjour,

Je découvre, avec une certaine surprise, que mon blog est mis en lien dans votre article au moment où il s’agit de pointer du doigt je ne sais quelle vision « militaire » d’un réseau de blogueurs dont je ne fais nullement partie, ni de prés, ni de loin, et qui, du reste, semble avoir disparu des écrans.

À vrai dire, c’est l’amalgame que l’on risque de voir en creux dans votre article entre l’intérêt que l’on peut avoir pour les questions de défense et un défunt réseau qui, si j’ai bien suivi les débats, est dénoncé comme étant d’extrême droite, qui me chagrine. L’on peut aborder les problématiques militaires sans verser dans ces dérapages, et c’est précisément ce que je me suis toujours efforcé de faire dans mon blog.

Il est exact, en revanche, que je suis l’un des membres cofondateurs du réseau francophone des blogueurs de défense, Alliance Géostratégique, et dont je me permets de vous donner l’adresse au cas où vous seriez intéressé à nous visiter voire, car nous sommes ouverts à toutes contributions, à proposer vos analyses. Vous constaterez sans peine que tout ceci a peu à voir avec un quelconque extrémisme politique, de quelque bord qu’il soit :

http://www.alliancegeostrategique.org/

Nonobstant ces précisions, je vous sais gré de ne pas avoir accolé mon URL au terme « militariste », un concept que je récuse fortement.
Autre retombée positive, cette péripétie m’aura permis de découvrir votre blog qui est de grande qualité et que je visiterai désormais avec plaisir.

Cordialement.

Libertas a dit…

Oups, je rectifie sans délai, ne voulant pas vous causer préjudice: il manque en effet un maillon. J'ai pointé vers cette page, parce qu'elle expliquait une image reprise en commun sur plusieurs des blogs du réseau dont vous n'étiez pas membre, Renovatio Occidentalis : Jeune droite, Rebelles.info, par exemple, reprennent l'image : "Soldat, nous ne t'oublions pas". Cela illustrait mon propos, qui était que ce qui me sautait le plus aux yeux lorsque j'ai parcouru les blogs de RO était surtout leur côté militaire et/ou militariste. Je corrige le raccourci erroné.

Je précise que je ne fais pas l'amalgame, que d'autres ont tôt fait de faire, entre intérêt pour les questions de défense et nationalisme.

Il existe de nombreuses variantes de libéralisme, mais souvent les libéraux assignent à l'État quatre fonctions (ni plus, ni moins): police, justice, diplomatie et défense, afin d'assurer le respect des engagements conventionnels.

François Duran a dit…

Merci pour votre compréhension. Il est exact que l’image à laquelle vous faites allusion a été mise librement et volontairement à la disposition des internautes qui souhaitaient l’utiliser : certains blogueurs dont nous ne partageons pas forcément les opinions politiques peuvent donc l’afficher, tout comme d’autres, qui sont par exemple membres de notre réseau, et dont je me sens personnellement plus proche sur ce terrain, ont choisi de ne pas la mettre en exergue. La liberté de choix a prévalu sur ce point comme sur d’autres.

Je précise également que j’ai effectivement pu constater que les libéraux portaient une attention certaine, à la fois constructive et de qualité, aux questions de défense, pour les raisons que vous exposez fort bien. Je lis toujours avec un grand intérêt leurs contributions sur ces thèmes même si elles sont, et c’est bien compréhensible, plus rares que sur les sujets économiques, un domaine que je maitrise beaucoup moins bien.

Cordialement.

l'hérétique a dit…

Bonjour Libertas

J'ai lu avec attention votre réponse. Juste une remarque : je n'ai à aucun moment remis en cause Criticus. Je n'étais juste pas en accord avec son projet. Ce qui ne m'empêchait pas d'être favorable à son émergence afin de permettre le débat d'idées. En revanche, il était impératif de ne pas y associer de blogs liés d'une manière ou d'une autre à l'extrême-droite pour que le projet soit crédible, d'où ma réaction.
Pour la présence de Criticus au sein du réseau LHC, elle allait de soi à mes yeux, et je suis navré qu'il ait décidé de le quitter.
Je n'ai pas créé LHC donc je n'ai pas de pouvoir de décision. Je faisais juste part de l'interprétation que j'en donnais, et il m'a semblé, jusque là, qu'il n'y avait pas de hiatus majeur entre ses membres.
Pour la damnatio memoriae, euh, je crois de mémoire qu'elle s'est surtout appliquée aux empereurs les plus sanguinaires (Caligula, Néron, Commode, Héliogabale entre autres) assurant entre autres de ce fait à jamais leur notoriété :-D
Grâce à ce brave Suétone, nous savons tout, absolument tout de leurs petites turpitudes, enfin, du moins, pour les trois premiers.
Les archéologues de demain exploreront le cache de google :-)
Bon, je ne cite pas ces empereurs pour faire une comparaison cachée...

Libertas a dit…

@ L'hérétique (on peut se tutoyer, non ?) : Je crois que nous sommes d'accord. J'ai fait une réponse groupée aux commentaires précédents, ma phrase concernant Criticus était une précision personnelle, et ne signifiait pas que tu l'avais remis en cause...

l'hérétique a dit…

Bonjour Libertas

J'ai lu avec attention votre réponse. Juste une remarque : je n'ai à aucun moment remis en cause Criticus. Je n'étais juste pas en accord avec son projet. Ce qui ne m'empêchait pas d'être favorable à son émergence afin de permettre le débat d'idées. En revanche, il était impératif de ne pas y associer de blogs liés d'une manière ou d'une autre à l'extrême-droite pour que le projet soit crédible, d'où ma réaction.
Pour la présence de Criticus au sein du réseau LHC, elle allait de soi à mes yeux, et je suis navré qu'il ait décidé de le quitter.
Je n'ai pas créé LHC donc je n'ai pas de pouvoir de décision. Je faisais juste part de l'interprétation que j'en donnais, et il m'a semblé, jusque là, qu'il n'y avait pas de hiatus majeur entre ses membres.
Pour la damnatio memoriae, euh, je crois de mémoire qu'elle s'est surtout appliquée aux empereurs les plus sanguinaires (Caligula, Néron, Commode, Héliogabale entre autres) assurant entre autres de ce fait à jamais leur notoriété :-D
Grâce à ce brave Suétone, nous savons tout, absolument tout de leurs petites turpitudes, enfin, du moins, pour les trois premiers.
Les archéologues de demain exploreront le cache de google :-)
Bon, je ne cite pas ces empereurs pour faire une comparaison cachée...

Libertas a dit…

Je constate à l'instant le sabordage silencieux de Renovatio Occidentalis: le site a disparu, la charte a disparu, la plupart des membres a renoncé et a retiré le logo. Damnatio memoriae.

Stat LHC dum volvitur orbis.

L'hérétique a dit…

En fait, le seul désaccord que j'ai avec ce billet porte sur ce qui me pousse, jusqu'ici, à quitter LHC.
Pour recevoir le syllogisme dénoncé il faut d'abord en accepter la majeure et surtout les prémisses :
LHC n'est pas qu'un lieu de débat : LHC a aussi une identité. Si LHC n'était qu'un lieu de débat, en effet, toutes ces réactions, à mes yeux, en tout cas, n'auraient pas eu lieu d'être.
Mais LHC a une charte qui comprend les mots "humaniste" et "libre". On ne peut pas admettre que des blogs d'extrême-droite y soient associés directement ou indirectement. C'est ce qui a bien failli se produire.

Claudio Pirrone a dit…

Merci (ça avait coupé)