2004-08-09

Mort du marché parisien de l'or

Le marché parisien de l'or est mort le 31 juillet 2004, faute d'intervenants, dont le nombre est tombé de trois à deux avec le retrait du Crédit du Nord. Le marché parisien ne traitait plus que quelques dizaines de kg d'or par jour, quand Londres voit des échanges de plusieurs tonnes. Cette "suspension" est une démonstration de la validité de la courbe de Laffer : trop d'impôt tue l'impôt. La disparition du marché parisien est en effet principalement l'effet de la taxe de 7,5 % sur les ventes d'or instituée par le gouvernement de Jacques Chirac en 1976, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, et alourdie par la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) de 0,5 % instituée par Alain Juppé en 1996, sous la présidence de M. Chirac. En outre, depuis 1995, les transactions de plus de 450 € ne sont plus anonymes. L'achat et la vente de l'or continuent cependant, notamment auprès des changeurs du quartier de la Bourse à Paris, aux enchères sur internet et auprès de CPR Or, filiale du Crédit Agricole. La France n'a qu'une solution pour ramener la place financière de Paris, qu'elle prétend vouloir conforter, dans la compétition avec Londres sur ce terrain : abolir la taxe sur l'or.

2 commentaires:

Juris diarium a dit…

Depuis le 1er janvier 2006, il est possible d'opter pour une imposition de la seule plus-value (sous des conditions restrictives).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Or#Fiscalit.C3.A9

http://www.leblogfinance.com/2006/03/bruno_costet_di.html

http://www.votreargent.fr/fiscalite/articles/article.asp?id=142470

Juris diarium a dit…

Depuis le 1er janvier 2006, il est possible d'opter pour une imposition de la seule plus-value (sous des conditions restrictives).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Or#Fiscalit.C3.A9

http://www.leblogfinance.com/2006/03/bruno_costet_di.html

http://www.votreargent.fr/fiscalite/articles/article.asp?id=142470